Baer_Ioset_KORA-6
Baer_Ioset_KORA-4
Baer_Ioset_KORA-2
Baer_Ioset_KORA-8
Baer_Ioset_KORA-3
previous arrow
next arrow
 
Rapport d'observation

Populations

Suisse

Le 28 juillet 2005, un étudiant allemand photographiait un ours dans le Parc national suisse – le premier ours en Suisse depuis 100 ans ! Depuis 2005, des ours ont été détectés presque chaque année en Engadine et dans la région du Parc national, mais il n’y a pas encore de population résidente. Aucun des ours venus en Suisse ne s’y est établi de façon définitive. Chacun d’eux est cependant si possible identifié individuellement à l’aide de méthodes génétiques. Une étude de faisabilité a montré que des habitats propices à son installation existaient également en Suisse. La région située entre le Trentin et les Alpes rhétiques est entièrement montagneuse, densément boisée et proche de l’état naturel. Elle forme un couloir entre les parcs nationaux suisse et italien. Il était donc, dès le départ, tout à fait plausible que des ours isolés venant de cette région finissent par pénétrer en Suisse.

Alpes & Dinarides

Dans les Alpes, les ours sont installés de manière permanente dans deux régions : le Trentin, en Italie, où une petite population a survécu, qui a augmenté suite au déplacement de dix ours en provenance de Slovénie entre 1999 et 2002, et le tripoint Italie-Autriche-Slovénie, où vivent des ours appartenant à la population des Dinarides. Cette dernière est la population d’origine tant des ours migrant naturellement vers les Alpes que des animaux déplacés en Italie et en Autriche.

Le Trentin comptait environ 66 ours en 2019. Entre 2002 et 2018, 71 reproductions et 144 naissances ont été constatées. La population des Dinarides a été estimée à 2’145 individus (1875 – 2450) en 2015. Cette même année, de 50 à 60 animaux environ vivaient dans le reste des Alpes, entre le Trentin et les Dinarides. Il s’agissait presque exclusivement de jeunes mâles en dispersion.

En 1972, un ours a migré de Yougoslavie vers l’Autriche et entre 1989 et 1993, trois ours ont été relâchés dans la même région du Nord-Est des Alpes, de sorte qu’une petite population s’y était temporairement développée. Elle s’est cependant à nouveau éteinte en 2011.

Europe

Une évaluation de la situation de l’ours brun en Europe a été réalisée en 2018 en vue de l’établissement de la Liste rouge des espèces menacées. Cette étude a été l’occasion d’estimer la population à un total compris entre 15’000 et 20’000 animaux, hors Russie, et entre 50’000 et 55’000 si l’on inclut la partie européenne de la Russie. La répartition du nombre estimé d’individus dans les différentes populations est présentée dans le tableau ci-dessous.

PopulationPaysEstimation1Tendance
ScandinavieNOR, SWE2’825En baisse
CarélieNOR, FIN1’660Stable
Région de la BaltiqueEST, LVA700Stable
CarpatesROU, SVK, POL, SRB7’630Stable
Dinarides, PindeSVN, HRV, BIH, MNE, MKD, ALB, SRB, GRC3’950Stable à croissante
AlpesITA, CHE, AUT, SVN49 – 69Stable à croissante
Balkans orientauxBGR, GRC, SRB468 – 665Stable
Apennin centralITA45 – 69Stable
CantabrieESP321 – 335En hausse
PyrénéesESP, FRA30Stable
1Données de 2016

Diese Seite verwendet Cookies, um die Nutzerfreundlichkeit zu verbessern. Mit der weiteren Verwendung stimmst du dem zu.