Wolf_Bibinet_KORA-16
Wolf_Gartmann_KORA-1
Wolf_Gurt_KORA-13
Wolf_Savary_KORA-14
Wolf_Caviezel_KORA-2
previous arrow
next arrow
 
Rapport d'observation

Distribution

Suisse

Le loup recolonise naturellement la Suisse depuis 1996 en provenance d’Italie, où l’espèce n’avait jamais totalement disparu. Aujourd’hui, les loups font leur retour dans l’ensemble de l’arc alpin. En Suisse, ils vivent principalement dans les Alpes et les Préalpes. Depuis le retour du loup en Suisse, 20 cantons ont identifié des preuves de sa présence. Il s’agit des cantons suivants : Aarau, Appenzell Rhodes-Extérieures, Appenzell Rhodes-Intérieures, Berne, Fribourg, Glaris, Grisons, Lucerne, Neuchâtel, Nidwald, Obwald, Saint-Gall, Schwytz, Thurgovie, Tessin, Uri, Vaud, Valais, Zoug et Zurich. La première meute de Suisse s’est formée en 2012 dans la région du Calanda, entre les cantons des Grisons et de Saint-Gall. D’autres se sont créées depuis lors dans les cantons de Glaris, des Grisons, du Tessin, de Vaud et du Valais. Hormis la meute qui s’est établie en 2019 près du Marchairuz, le Jura n’a guère été recolonisé par le loup à ce jour.

Les preuves de la présence de loups en Suisse sont également présentées dans le Monitoring Center du KORA.

Observations de loup en Suisse 2011-2019

Observations génétiques de loup en Suisse 2009-2020

Alpes

Distribution des meutes de loups (en vert), des couples (en vert clair) et des loups isolés (en jaune) dans les Alpes en 2015/2016. © WAG

Le Wolf Alpine Group (Groupe alpin sur le loup) est un groupe informel composé d’experts provenant principalement du secteur de la recherche sur la faune sauvage et d’administrateurs, qui se réunissent tous les deux ans dans l’un des pays alpins pour partager leurs expériences, discuter et coordonner le monitoring du loup. Les résultats de ces discussions sont ensuite publiés dans un rapport intitulé « Alpine Wolf Workshop ». La carte ci-dessous est issu du rapport de la 8e réunion du groupe d’experts de 2018. L’arc alpin a été recolonisé par le loup à partir du sud et des Apennins italiens. C’est donc dans le sud-ouest des Alpes que les populations sont les plus importantes. Mais il arrive que des loups provenant d’autres populations se rendent dans les Alpes. Ainsi la meute de Lessini, à l’est du lac de Garde, qui a été formée par une femelle des Alpes du Sud-Ouest (Julietta) et un mâle (Slavc) des Alpes dinariques. Les Alpes orientales et centrales ne sont encore que peu recolonisées.

Europe

Il est de tradition que le monitoring et la gestion soient organisés au plan national. Toutefois, toutes les populations viables de loups s’étendent au-delà des frontières. Le réseau Large Carnivore Initiative for Europe, un groupe spécialisé de la SSC de l’UICN, compile périodiquement les dernières données sur le statut, la gestion et la distribution des grands prédateurs d’Europe.  

Anciens relevés :

Répartition du loup en Europe

Distribution du loup en Europe sur la base d’un quadrillage de 10×10 km, données de 2012 à 2016. Vert foncé = présence permanente (détectée pendant 3 années sur 5 au moins ou reproduction attestée pendant les 3 dernières années), vert clair = présence sporadique/fluctuante (détectée pendant moins de 3 années sur 5), gris = présence sans information précise. Aucune donnée n’était disponible pour les pays et régions sur fond blanc. © LCIE

Monde

Le loup Canis lupus est l’animal cosmopolite par excellence. Il s’agissait auparavant du mammifère ayant la plus grande aire de répartition et il était présent à l’origine dans l’ensemble de l’hémisphère nord, de l’Amérique du Nord à l’Europe et à l’Asie. L’espèce a cependant été extirpée dans des régions entières d’Europe et d’Amérique. Grâce à la prise de conscience croissante de l’importance de disposer d’un écosystème intact, les effectifs des populations de loups ont pu se régénérer et progressent à nouveau, le loup recolonisant son aire de répartition originelle dans beaucoup de régions, y compris en Suisse. Doué d’une grande capacité d’adaptation, le loup peut vivre non seulement dans les forêts, mais aussi dans la toundra arctique, les steppes, les déserts et même les régions densément peuplées par l’homme.

Répartition mondiale du loup

Le loup est répandu dans tout l’hémisphère nord. © IUCN Red List 2018

Systématique

Le loup Canis lupus appartient à la famille des canidés tout comme le renard roux Vulpes vulpes. Au sein des canidés, le loup appartient au genre Canis auquel sont également rattachés le loup rouge Canis rufus, le coyote Canis latrans et le chacal doré Canis aureus. Le chien domestique Canis familiaris descend directement du loup. On distingue actuellement sept sous-espèces eurasiennes et cinq nord-américaines, mais cette systématique est contestée. Il y a en effet de grandes différences de tailles et de phénotypes au sein des sous-espèces. Les loups européens appartiennent à la sous-espèce Canis lupus lupus, à l’exception de la population ibérique, qui forme une sous-espèce distincte : Canis lupus signatus. Les loups qui vivent actuellement en Suisse proviennent presque exclusivement de la population italienne, qui appartient aussi à la sous-espèce Canis lupus lupus et qui se distingue clairement d’un point de vue génétique des autres populations. Il n’est pas impossible que de plus en plus de loups appartenant à d’autres populations, notamment celles des Dinarides, des Carpates et des plaines d’Europe centrale, migrent dans notre pays.

Diese Seite verwendet Cookies, um die Nutzerfreundlichkeit zu verbessern. Mit der weiteren Verwendung stimmst du dem zu.