Wolf_Bibinet_KORA-16
Wolf_Gartmann_KORA-1
Wolf_Gurt_KORA-13
Wolf_Savary_KORA-14
Wolf_Caviezel_KORA-2
previous arrow
next arrow
 
Rapport d'observation

Détection

Traces

Les empreintes de loups sont généralement ovales et sont très similaires à celles de gros chiens. Le coussinet et les empreintes de griffes sont cependant généralement plus longs chez les loups que chez les chiens domestiques. Chez les loups, les deux coussinets centraux sont souvent fusionnés à leur base, ce qui n’est malheureusement pas facile à observer dans les traces. Les pattes avant du loup mesurent 11 cm de long et 8 cm de large et les pattes arrière 8 cm de long et 7 cm de large. Il est important de noter qu’il y a souvent des juvéniles qui accompagnent la meute pendant les migrations ; leurs empreintes peuvent être plus petites que celles des adultes.

Les empreintes de loups ne peuvent être distinguées de celles des chiens que par des personnes disposant d’une longue expérience en la matière, connaissant bien le terrain et dans des conditions propices. Seule une analyse globale du profil de déplacement et du comportement permet de savoir s’il s’agit d’une trace de loup ou de chien. On peut parler de piste de loup que lorsqu’elle est confirmée sur au moins 100 mètres, avec des empreintes présentant un recouvrement antéro-postérieur d’au moins 8 cm de long (le membre postérieur se posant exactement dans l’empreinte laissée par le membre antérieur) et une longueur de pas d’au moins 1,10 m à une allure de trot sur une trajectoire rectiligne. La longueur de la foulée peut varier (plus ou moins 1,10 m.) dû aux facteurs suivants : l’âge et la taille du loup, la vitesse de déplacement (au pas ou au trot) et le terrain. Pour exclure avec certitude une trace de chien et parvenir à identifier une piste de loups, il faut la suivre sur plusieurs centaines de mètres, voire plusieurs kilomètres, ce qui n’est possible qu’en hiver et dans de bonnes conditions d’enneigement.

Dessin d’une trace de loup

Excréments

On trouve de très nombreux poils d’ongulés sauvages dans les crottes de loup et parfois des morceaux d’os. © Ralph Manz

Les crottes de loups ont une taille d’environ 2 à 4 cm de diamètre et 4 à 15 cm de longueur, et se terminent fréquemment en pointe. La couleur peut varier de noir à presque blanc selon l’alimentation. On peut souvent y voir des poils, fragments d’os, plumes et dents de proies. Les crottes de loup ont généralement une odeur très forte.

Les loups utilisent leurs excréments pour marquer leur territoire et pour d’autres signalisations. Ils sont donc déposés dans des endroits à découvert, par exemple sur des chemins.

Proies

Le loup est un chasseur qui poursuit sa proie et a tendance à chasser en meute. Les proies de petites tailles sont tuées par une morsure au cou. Les proies de grande taille sont attrapées par les pattes arrière pour les immobiliser. Les proies sont souvent mordues au museau puis tuées au sol par morsures à la gorge. Le loup est un chasseur opportuniste et peut s’alimenter de proies sauvages ainsi que de déchets et de fruits. Sa gamme de proies va des souris aux chevaux. Cependant, il préfère les ongulés sauvages de taille moyenne, voire de grande taille.

Comportement avec les proies :

En général, le loup ne recouvre pas ses proies. Le squelette et la peau entière des grandes proies sont laissés de côté. Pour les petites proies, seules des parties de la peau, quelques os et le rumen ne sont pas mangés. Si le loup est dérangé, il peut cacher sa proie entièrement ou en partie.

Faon presque entièrement mangé. © Patrick Deleury

Blessures :

Les blessures des proies de loup sont beaucoup plus importantes que celles des proies de lynx. Des blessures peuvent apparaître sur presque toutes les parties du corps. Les os peuvent être broyés. Les muscles et les ligaments des grandes proies sont souvent déchirés et on peut voir des blessures autour du museau et des morsures au cou.

Ingestion des proies :

Le loup commence souvent par se nourrir du tube digestif et des muscles du cuissot et du dos. Plusieurs parties de la proie sont consommées en même temps. Si les loups ne sont pas dérangés, ils restent près de la proie jusqu’à ce qu’elle soit entièrement mangée. Les meutes importantes peuvent consommer une grande proie rapidement tandis que les plus petites meutes ou les loups solitaires peuvent manger une proie sur plusieurs jours.

Remarques :

Il est difficile de faire la distinction entre les proies de loups et de chiens. Les chiens utilisent la même technique de chasse en poursuivant leurs proies, ces dernières pouvant subir des blessures sur toutes les parties du corps. Il est donc essentiel de noter tous les autres indices pour pouvoir identifier correctement le prédateur.

Vocalisation

Les loups peuvent grogner et sont connus pour leurs hurlements. Le hurlement de loup est typique et facilement reconnaissable. Cependant, il est difficile à distinguer de celui de chiens, d’une meute de chiens de traineau ou encore d’une meute de chacal doré. Les louveteaux ne peuvent pas encore produire le hurlement caractéristique du loup avant l’âge de 6 mois environ. Ils émettent plutôt des sons similaires à ceux des chiots, qui ressemblent davantage à un halètement ou à un glapissement. Il est donc possible de détecter la présence de jeunes loups dans une meute grâce à des enregistrements sonores pris pendant l’été ou à l’automne.

Enregistrement sonométrique de deux loups adultes en octobre 2018 dans la vallée de Joux © Stefan Suter

Diese Seite verwendet Cookies, um die Nutzerfreundlichkeit zu verbessern. Mit der weiteren Verwendung stimmst du dem zu.