KORA

Autre espèces

La surveillance de la faune est inscrite dans la loi et ressort des administrations compétentes. Un monitoring scientifiquement approprié est complexe et couteux, et ne peut être fait que sur de grands enjeux et des objectifs spécifiques. Pour de nombreuses espèces, il n’y a que du monitoring opportuniste, c’est-à-dire de la documentation sur des individus trouvés morts ou, au mieux des observations aléatoires au mieux.

Chez les renards, omniprésents, il n’y a pas de monitoring systématique.  La taille minimale de la population et son évolution peuvent être déduites en analysant l’évolution à long terme de la mortalité (chasse, accidents de la circulation, etc.). Le monitoring du chat sauvage est en train d’être mis en place. Les premiers objectifs sont d’analyser la propagation et l’évolution relative de la population. Estimer la taille de la population n’est pas encore possible et devrait être un effort significatif. Chez les immigrés? rares, (loutre, chacal doré, raton laveur, chien viverrin), seules les observations (selon les critères SCALP) sont recueillies, et les individus trouvés morts sont examinés. 

Nous acceptons volontiers tout observation d’animaux mentionnés ci-dessus, et les transmettons chez nos partenaires correspondants. En cliquant sur l’onglet « liens », vous trouverez un répertoire des institutions et d’organisations travaillant dans le domaine des carnivores.