KORA

L'homme et le loup

Le loup fait l'objet de beaucoup de contes et de mythes. Sa valeur symbolique varie suivant les cultures. Chez les chasseurs-cueilleurs, il avait souvent une image positive. Par contre, dans la culture occidentale, la connotation négative du loup comme danger pour l’homme et le bétail domine.

Pourtant, le loup est un animal farouche et les cas d’attaques sur l’homme sont extrêmement rares. Les conflits résultent surtout des attaques sur les animaux de rente. Dans le cadre du Concept Loup Suisse - mis en place pour faciliter la cohabitation entre l’homme et le loup - les dégâts aux animaux de rente causés par le loup sont indemnisés par la Confédération et les cantons. Si un loup prélève 35 moutons en l’espace de quatre mois ou 25 moutons en un mois, il peut être tiré avec une autorisation de la commission intercantonale, composée d’autorités cantonales et de l’Office fédéral de l’environnement. Cependant, seuls les animaux de rente tués dans des troupeaux bénéficiant de mesures de protection sont comptabilisés pour autant que l’investissement par l’exploitation reste raisonnable.

Dépliant : Les loups devant notre porte (en allemand)

Illustration du conte de fées « Ivan Tsarévitch et le loup gris », dans lequel un loup aide le héros à la victoire. © Wiktor Wasnezow

 

Dans les mythes de l’Orient, le loup joue souvent un rôle positif. Dans le conte conte russe « Ivan Tsarévitch et le loup gris », le loup mange d’abord le cheval du héros. Ensuite, le prince et le loup s’allient et vainquent leurs ennemis grâce à leur force jointe. © Wiktor Michailowitsch Wasnezow