KORA

L'homme et le lynx

Le lynx n’est pas dangereux pour l’homme. Les conflits résultent essentiellement de la prédation des animaux de rente et de la concurrence avec les chasseurs pour les chevreuils et les chamois. Le lynx est un animal protégé et le Concept Lynx Suisse donne des lignes directrices pour sa gestion. La Confédération et les cantons indemnisent les éleveurs dont les animaux de rente se font tuer par le lynx. En cas d’attaques répétées, des mesures de protection des troupeaux sont prévues. Si un lynx tue plus de 14 moutons ou chèvres par saison d’estivage, une autorisation de tir peut être délivrée. Dans le cas où le lynx a une influence sur les effectifs de chevreuils et de chamois à tel point que « l’exploitation cynégétique appropriée de ces effectifs n’est plus garantie dans le périmètre d’intervention depuis quelques années consécutives » alors les effectifs de lynx peuvent être réduits. Plusieurs conditions doivent cependant être remplies pour permettre une intervention. La réduction s’effectue par des captures et des déplacements. Si cela ne suffit pas, des tirs de régulation sont prévus. Ces mesures visent à baisser d’éventuelles densités localement élevées et dans le cas de déplacements de favoriser l’expansion du lynx.